• LA LÉGENDE DE BISCORNET

    Les ferronneries des portes de la cathédrale Notre-Dame de Paris ? Arabesques, fleurs, animaux... une petite merveille médiévale en fer forgé !

    Mais attendez !! Et tremblez... La légende dit que le Diable lui-même les a faites de ses petites mimines.

    C’est ce qu’on lit dans Dictionnaire raisonnée de l'architecture française du 11e au 16e s (Viollet-le-Duc, 1889).

    Un certain Biscornet réalise les ferronneries, au XIVe s. Mais le travail est tellement colossal, que le pauvre gars se demande s’il va y arriver.

    Plutôt mourir que de subir une humiliation... il préfère demander l’aide du diable. Qui accepte, hop ! A condition que Biscornet lui signe un papelard, comme quoi il s’engage à lui filer son âme une fois le job fini...

    Zou ! Par une nuit d'encre à faire frémir, les deux s’activent à réaliser les deux portes latérales. Mais impossible pour le Diable d’exécuter la porte centrale... réservée au passage des prêtres et des chanoines !

    Oui, mais du coup, le marché n’est pas complet, puisqu’il ne peut être rempli par l’une des deux parties. Voilà comment Biscornet a réalisé un chef-d’œuvre... et conservé son âme ! Et voilà aussi pourquoi la porte centrale n'a pas de ferronneries.

    Biscornet le « bis cornu » existe-t-il vraiment ?

    La Revue artistique et littéraire (vol 13 à 14) dit qu’on a bien un Biscornet ou Biscornette sur une liste de maîtres artisans du Moyen-Age.

    Une rue de Paris lui rend même hommage, dans le 12e arrondissement ! Et Victor Hugo le mentionne dans son Notre-Dame-de-Paris...

    Mais à entendre certains, comme La France pontificale (Etienne Repos, 1864), ces portes seraient bien l’œuvre du Diable : il a imprimé sa petite tête cornue un peu partout sur les bandes de fer...

    A moins, plutôt, que cette tête démoniaque ne soit la signature de notre Biscornet, en forme d’armes parlantes, de rébus ? Biscornet... « deux fois cornu » ! Une pratique bien connue des artisans et artistes depuis longtemps pour signer leur travail !

    La réalité derrière la légende !

    Ces ferronneries s’appellent des pentures : des bandes de fer plus ou moins ouvragées, fixées sur une porte pour soutenir le gond. Comme à Notre-Dame, elles peuvent être d’une complexité incroyable !

    Mais au Moyen-Age, les gens, crédules, ne pouvaient concevoir qu’un boulot aussi énorme ait été réalisé par un seul homme. Il fallait forcément que le Diable s’en soit mêlé !

    Pierre Boulanger, dans les pas de Biscornet

    Le petit Pierre, poings serrés, se tient droit comme un i, fourmi devant les portes gigantesques de la cathédrale parisienne. Déterminé !

    Pas bête, le gosse : il a remarqué, que la porte centrale de Notre-Dame n’a pas de ferronneries. Rapport à la légende de Biscornet, qu'on a vu plus haut, hein !...

    La légende du serrurier, son papa lui a raconté. Pierre dit qu’il les ferrera, ces portes ! Il fera TOUT pour ça !

    Et voilà petit Pierre devenu le grand Pierre Boulanger, serrurier parisien né en 1813 qui faisait jaillir des merveilles forgées de ses mains calleuses...

    Artisan à la forge de son père, il part faire le tour de France du compagnonnage et enfin, dès 1860, réalise son rêve : la fabrication des pentures de la porte centrale de la cathédrale parisienne. Après des nuits blanches de recherches incroyables pour étudier la technique de Biscornet...

    Pierre repose depuis 1891 au cimetière du Montparnasse : il a laissé derrière lui d'incroyables pentures dans toute la France. Moins diaboliques que celles de Notre-Dame !

    LA LÉGENDE DE BISCORNET

    (Article tiré du site Anecdotrip.com)

    Pin It

    6 commentaires
  • Jadis il n'y avait pas le moindre pont, ni même une petite passerelle dans le village d'Anzème (Creuse), et il fallait faire un très long détour pour aller faire moudre sa farine au moulin du bourg d'Hem, qui se trouvait de l'autre côté de la rivière.  Les habitants se cotisèrent donc pour faire construire un pont à l'endroit où il se trouve actuellement. Mais chaque fois que la dernière pierre allait être posée, le Diable poussait les nuages vers les gorges, et la pluie tombait si fort que le pont nouvellement construit était emporté. Tant et si bien que plus aucun maçon (et pourtant les maçons creusois sont réputés en France) ne voulut entendre parler de construire quoi que ce soit au-dessus de cette rivière réputée maudite.

    Les paysans de l'endroit étaient désolés et chacun y allait de ses solutions, toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Un soir, le Diable en personne se présenta à la porte du moulin qui appartenait au seul meunier du village.

    "Moi Satan, dit-il, je me fais fort de vous construire ce pont en une seule nuit, avant que le coq ne chante !"

    Mais ce marché était accompagné d'une seule condition, de taille ! Car le meunier devait donner, en échange, sa fille unique au diable. Le meunier finit par accepter le pari et sa fille aussi. Avant de se mettre au travail, le Diable offrit une bague à la fille du meunier, pour sceller ses "fiançailles" avec elle. Puis il partit travailler à la construction du pont.

    Il œuvra toute la nuit. L'aube allait se lever et il lui restait trois pierres à sceller pour terminer l'ouvrage. La fille allait perdre le pari de son père et semblait condamnée à devenir pour l'éternité la compagne du diable, quand elle eut soudain une idée lumineuse. Elle courut au poulailler en faisant scintiller sa bague qui, il faut bien le reconnaître, brillait de mille feux. Le coq en fut surpris et croyant que le jour était levé, il se mit à chanter à tue-tête.

    Le diable fut contraint de s'enfuir, laissant à terre la dernière pierre, non encore scellée. Depuis ce temps, elle manque d'ailleurs toujours sur le pont.

    LA LEGENDE DU PONT DU DIABLE - LIMOUSIN

    Le meunier et sa fille avait gagné leur pari... Le pont qui reliait les deux villages était solidement construit, et le diable n'avait aucun droit sur sa fille. Son âme était sauve, comme son corps. 

    Mais pour les villageois, celle-ci restait "la fiancée du diable", et personne à Anzème ou dans les environs n'en voulut pour femme. Elle resta seule toute sa vie.

    La légende du Pont du Diable se termine ainsi... et depuis longtemps, le grand moulin est muet aux bords de la Creuse. Si vous passez par Anzème, vous pourrez toujours voir le pont, et près de là, la dernière pierre, qui n'a par la suite jamais pu être scellée par la main des maçons. En effet, quand ils la plaçaient pendant le jour, le Diable ne manquait jamais de la défaire la nuit suivante.

    LA LEGENDE DU PONT DU DIABLE - LIMOUSIN

    (Merci au site de la Mairie de Bonnat qui m'a aidé à retrouver cette légende)

    Pin It

    8 commentaires
  • Cette légende date du 12ème siècle et a pour cadre le château de Touffou, situé dans le Poitou.

    LA LÉGENDE DE LA LOUVE BLANCHE DU CHÂTEAU DE TOUFFOU -  POITOU

    Géraud de Touffou, le châtelain de l'époque, était un fier chevalier qui avait ramené de ses périples de croisé une captive d'origine mauresque, dont il était tombé follement amoureux. Déracinée brutalement de son pays, elle accepte sous la contrainte de l'épouser et devient châtelaine du domaine poitevin.... tout en ruminant des idées de vengeance dans le secret de son âme, qui devint aussi noire que sa peau.

    Son mari en effet la délaissa bientôt et reprit le chemin des guerres et des croisades. La belle dame s'ennuya vite à mourir, d'autant plus que la rigueur du climat hivernal poitevin ne lui permettait guère de sortir longuement pour se changer les idées.

    Elle modifia néanmoins brutalement sa façon de vivre, quittant le château sur sa jument et galopant à perdre haleine ... semblant soudain insensible au vent glacial qui rougissait ses joues ou aux branches nues des arbustes  gelés qui lui griffaient les bras. Elle rentrait au petit matin, une lueur étrange animant son regard fiévreux.

    Mais bientôt, les gens se plaignirent des attaques sanglantes provoquées par une meute de loups.... une meute obéissant à une superbe et inquiétante louve blanche. La vie des paysans se transforma alors en cauchemar dus aux robustes bêtes aux dents tranchantes. Et, surmontant la mêlée de poils gris et argentés des mâles et restant un peu à l'écart de la meute, la fourrure immaculée et l'étrange lueur de haine dans les yeux mordorés de la louve blanche.

    LA LÉGENDE DE LA LOUVE BLANCHE DU CHÂTEAU DE TOUFFOU -  POITOU

    Quand Géraud de Touffou rentra de croisade et apprit les ravages que provoquait la louve blanche et sa meute enragée dans toute la région, il se jura d'y mettre fin aussitôt. Après des jours de traque incessante dans les bois gelés et blanchis par la neige, il finit par la trouver et après un combat difficile... lui tranche une de ses pattes avant. La bête s'enfuit en hurlant de douleur de façon sinistre.

    Le châtelain, content, s'apprêtait à ranger son trophée dans un sac quand il poussa un cri d'horreur en réalisant que la patte de la louve blanche, qu'il tenait un instant avant dans la paume de sa main, venait de se transformer sous ses yeux en une main humaine... une main féminine couleur d'ébène... celle de son épouse. L'anneau qu'il lui avait donné le jour de son mariage brillait encore à son petit doigt. Le doute ne lui était  hélas plus permis : sa femme était une sorcière !

    Il la retrouva dans la chambre nuptiale, gémissant de douleur dans la pénombre, les draps de brocart argenté ruisselant du sang coulant de sa main mutilée. Il dégaina son épée, lui planta en plein cœur, avant de descendre le cadavre et de le brûler sur un petit bûcher fabriqué à la hâte dans la cour du château.

    LA LÉGENDE DE LA LOUVE BLANCHE DU CHÂTEAU DE TOUFFOU -  POITOU

    Géraud de Touffou ne se remit jamais de sa mésaventure. Devenu fou de chagrin, il erra dans la campagne poitevine et mourut de froid à la fin de ce sinistre hiver.

    Les siècles ont passés, mais des anciens racontent encore parfois ,aux veillées, cette histoire devenue légendaire au fil du temps. Et certains jurent avoir aperçu, les nuits de pleine lune, dans les environs du château, la silhouette fantomatique d'une étrange louve blanche au regard mordoré, accompagnée de loin par un chevalier silencieux, qui semble veiller sur ses déplacements nocturnes.

    LA LÉGENDE DE LA LOUVE BLANCHE DU CHÂTEAU DE TOUFFOU -  POITOU

    (Merci au site Anecdotrip qui m'a permis de redonner vie à cette jolie légende poitevine)

    Pin It

    8 commentaires
  • ÇÇÇÇÇ

    CONTE EN ATTENDANT NOËL - LES SABOTS DU PETIT WOLFF

    Il était une fois, il y a si longtemps que tout le monde a oublié la date, dans une ville du Nord de l'Europe dont le nom est si difficile à prononcer que personne ne s'en souvient, il était une fois donc, un petit garçon de sept ans nommé Wolff, orphelin de père et de mère, et resté à la charge d'une vieille tante, personne dure et avaricieuse, qui n'embrassait son neveu qu'au Jour de l'An, et qui poussait un grand soupir de regret chaque fois qu'elle lui servait une écuelle de soupe.

    CONTE EN ATTENDANT NOËL - LES SABOTS DU PETIT WOLFF

    Mais le pauvre petit était d'un si bon naturel qu'il aimait tout de même la vieille femme, bien qu'elle lui fit parfois peur, et qu'il ne put regarder sans trembler la grosse verrue ornée de quatre poils gris, qu'elle avait au bout du nez.

    Comme la tante de Wolff était connue de toute la ville pour avoir pignon sur rue et de l'or plein un vieux bas de laine, elle n'avait pas osé envoyer son neveu à l'école des pauvres. Mais elle avait tellement chicané pour obtenir un rabais, avec le magister chez qui le petit Wolff allait en classe, que ce mauvais pédant, vexé d'avoir un élève si mal vêtu et payant si mal, lui infligeait très souvent, et sans justice aucune, l'écriteau dans le dos et le bonnet d'âne, et excitait même contre lui ses camarades, tous fils de bourgeois cossus, qui faisaient de l'orphelin leur souffre-douleur.

    Le pauvre mignon était donc malheureux comme les pierres du chemin, et se cachait dans tous les coins pour pleurer... Quand arrivèrent les fêtes de Noël. La veille du grand jour, le maître d'école devait conduire tous ses élèves à la Messe de Minuit, et les ramener ensuite chez leurs parents.

    Or, comme l'hiver était très rigoureux cette année-là, et comme depuis plusieurs jours, il était tombé une grande quantité de neige, les écoliers vinrent tous au rendez-vous, chaudement emmitouflés, avec bonnets de fourrures enfoncés sur les oreilles, triples vestes, gants et mitaines de tricot et bonnes grosses chaussures à clous et à fortes semelles. Seul le petit Wolff se présenta, grelottant sous ses habits de tous les jours et des dimanches, et n'ayant aux pieds que des chaussons de Strasbourg dans de lourds sabots.

    Ses méchants camarades, devant sa triste mine et sa dégaine de paysan, firent sur son compte mille risées. L'orphelin était tellement occupé à souffler sur ses doigts et souffrait tant de ss engelures qu'il n'y prit pas garde. Et la bande de gamins, marchant deux par deux, se mit en route pour la paroisse.

    CONTE EN ATTENDANT NOËL - LES SABOTS DU PETIT WOLFF

    Il faisait bon dans l'église, qui était toute resplendissante de cierges allumés. Et les écoliers, excités par la douce chaleur, profitèrent du tapage de l'orgue  et des chants pour bavarder à mi-voix. Ils vantaient les réveillons qui les attendaient dans leurs familles. Le fils du bourgmestre avait vu, avant de partir, une oie monstrueuse, que des truffes tachetaient de points noirs, comme un léopard. Chez le premier échevin, Il y avait un petit sapin dans une caisse, aux branches duquel pendaient des oranges, des sucreries et des polichinelles. Et la cuisinière du tabellion avait attaché derrière son dos, avec une épingle, les deux brides de son bonnet, ce qu'elle ne faisait que dans ses jours d'inspiration, quand elle était sûre de réussir son fameux plat sucré.

    Et puis les écoliers parlaient aussi de ce que leur apporterait le petit Noël, de ce qu'il déoserait dans leurs souliers, que tous auraient soin, bien entendu, de laisser dans la cheminée avant d'aller se mettre au lit. Et dans les yeux de ces galopins, éveillés comme une poignée de souris, étincelait par avance la joie d'apercevoir, à leur réveil, le papier rose des sacs de pralines, les soldats de plomb rangés en bataillon dans leur boîte, les ménageries sentant le bois verni et les magnifiques pantins habillés de pourpre et de clinquant.

    Le petit Wolff, lui, savait bien par expérience, que sa vieille avare de tante l'enverrait se coucher sans souper. Mais naïvement, et certain d'avoir été toute l'année aussi sage et laborieux que possible, il espérait que le petit Noël ne l'oublierait pas, et il comptait bien, tout à l'heure, placer sa paire de sabots dans les cendres du foyer.

    La messe de Minuit terminée, les fidèles s'en allèrent, impatients du réveillon, et la bande des écoliers, toujours deux par deux et suivant le pédagogue, sortit de l'église. Or, sous le porche, assis sur un banc de pierre surmonté d'une niche ogivale, un enfant était endormi, un enfant couvert d'une robe de laine blanche et pieds nus, malgré la froidure. Ce n'était pas un mendiant, car sa robe était propre et neuve et près de lui, sur le sol, on voyait liés dans une serge une équerre, une hache , une bisaiguë, et les autres outils de l'apprenti-charpentier. Éclairé par la lueur des étoiles, son visage aux yeux clos avait une expression de douceur divine, et ses longs cheveux bouclés, d'un blond roux, semblaient allumer une auréole autour de son front. Mais ses pieds d'enfant, bleuis par le froid de cette nuit cruelle de décembre, faisaient mal à voir.

    Les écoliers, si bien vêtus et chaussés pour l'hiver, passèrent indifférents devant l'enfant inconnu. Quelques-uns même, fils des notables les plus importants de la ville, jetèrent sur ce vagabond un regard où se lisait tout le mépris des riches pour les pauvres, des gras pour les maigres.

    Mais le petit Wolff, sortant de l'église le dernier, s'arrêta tout ému devant le bel enfant qui dormait. 

    "Hélas, se dit l'orphelin, c'est affreux ! Ce pauvre petit va sans chaussures, par un temps si rude. Mais ce qui est encore pis, c'est qu'il n'a même pas, ce soir, un soulier ou un sabot à laisser devant lui pendant son sommeil, afin que le petit Noël y dépose de quoi soulager sa misère !"

    Et emporté par son bon cœur, Wolff retira le sabot de son pied droit, le posa devant l'enfant endormi, et comme il put, tantôt à cloche-pied, tantôt boitillant et mouillant son chausson dans la neige, il retourna chez sa tante.

    "Voyez le vaurien ! s'écria la vieille, pleine de fureur au retour du déchaussé. Qu'as-tu fais de ton sabot, petit misérable ?"

    Le petit Wolff ne savait pas mentir, et bien qu'il grelottait de terreur en voyant se hérisser les poils gris sur le nez de la mégère, il essaya, tout en balbutiant, de conter son aventure.

    Mais la vieille avare partit d'un effrayant éclat de rire.

    "Ah ! Monsieur se déchausse  pour les mendiants ! Ah ! Monsieur dépareille sa paire de sabots pour un va-nu pieds ! Voilà du nouveau, par exemple ! Et bien, puisqu'il en est ainsi, je vais laisser dans la cheminée le sabot qui te reste, et le gentil Noël y mettra cette nuit, je t'en réponds, de quoi te fouetter à ton réveil.... Et tu passeras ta journée de demain au pain sec et à l'eau... Et nous verrons bien si, la prochaine fois, tu donnes encore tes chaussures au premier vagabond venu ! "

    Et la méchante femme, après avoir donné au pauvre petit une paire de gifles, le fit grimper dans la soupente où se trouvait son matelas.  Désespéré, l'enfant se coucha dans l'obscurité, et s'endormit bientôt sur son oreiller trempé de larmes. 

    Mais le lendemain matin, quand la vieille réveillée par le froid et secouée par son catarrhe, descendit dans sa salle basse, ô merveille, elle vit la grande cheminée pleine de jouets étincelants, de sacs de bonbons magnifiques, de richesses de toute sorte. Et devant ces trésors, le sabot droit, que son neveu avait donné au petit vagabond, se trouvait à côté du sabot gauche, qu'elle avait mis là cette nuit-là et où elle se disposait à planter une paire de verges.

    CONTE EN ATTENDANT NOËL - LES SABOTS DU PETIT WOLFF

    Et comme le petit Wolff, accouru aux cris de sa tante, s'extasiait ingénument devant ces splendides cadeaux de Noël, voilà que de grands rires éclatèrent au dehors. La femme et l'enfant sortirent pour savoir ce que cela signifiait, et virent toutes les commères réunies autour de la fontaine publique. Que se passait-il donc ?

    Oh ! Une chose bien plaisante et bien extraordinaire ! Les enfants de tous les richards de la ville, ceux que leurs parents voulaient surprendre par les plus splendides cadeaux, n'avaent trouvés que des verges dans leurs souliers. 

    Alors l'orphelin et la vieille femme, songeant à toutes les richesses qui étaient dans leur cheminée, se sentirent pleins d'épouvante. Mais tout à coup, on vit arriver Monsieur le Curé, la figure bouleversée.  Au-dessus du banc placé près de la porte de l'église, à l'endroit même où, la veille, un enfant vêtu d'une robe blanche et pieds nus, malgré le grand froid, avait posé sa tête ensommeillée, le prêtre venait de voir un cercle d'or, incrusté dans les vieilles pierres.

    Et tous se signèrent dévotement, en comprenant que ce bel enfant endormi, qui avait auprès de lui ses outils de charpentier, était Jésus de Nazareth en personne, redevenu pour une heure celui qu'il était quand il travaillait dans la maison de ses parents, et ils s'inclinèrent devant ce miracle que le Bon Dieu avait voulu faire pour récompenser la confiance et la charité d'un petit orphelin.

    CONTE EN ATTENDANT NOËL - LES SABOTS DU PETIT WOLFF

     

    François Coppée (Tiré du site "touslescontes.com")

    Pin It

    4 commentaires
  • Légende de la Dame de Saint-Martial

    A Saint-Martial, petit village dominant fièrement la vallée de la Creuse, on construisit jadis un nouveau cimetière. C'était en 1891. Pour cela on choisit, à la sortie du village, un vaste emplacement tout couvert d'herbes folles, que l'on ceinturât d'un mur de pierres bien taillées par les maçons de chez nous. L'enclos resta vide un bon moment car personne ne mourait plus. Même les plus vieux s'étaient mis à résister à la mort, des peur de rester seuls dans le nouveau cimetière, un peu trop à leurs goût en retrait de la compagnie des vivants.

    Or il y avait dans un manoir voisin à La Gorce, une jeune châtelaine qui s'en allait doucement, d'un mal incurable. Elle était jeune et belle encore. Son époux et elles s'étaient connus dés l'enfance, et celui-ci souffrait fort de vois sa bien-aimée dépérir, sans rien pouvoir faire que de prier pour elle et de s'en remettre à Dieu. De très longs mois passèrent, qui ne firent qu'accentuer leur amour et la douleur d'avoir à se quitter bientôt.

    Un après-midi de fin d'été, se sentant au bout de sa route, la dame fit appeler son époux.

    "Je sens que je vais partir, Monsieur ! lui dit-elle doucement. Je dois vous avouer que ce n'est pas la mort qui m'effraie, mais plutôt de me retrouver seule dans ce nouveau cimetière puisque je le sais, c'est désormais là-haut que l'on me mènera."

    "Ne vous tourmentez pas, ma douce amie, vous n'y serez point seule longtemps !" dit-il en lui cachant ses larmes.

    A la brume de la nuit, la Dame rendit son âme à Dieu. Les femmes du village, appelées en hâte, la revêtirent de sa robe de mariée et la firent reposer sur le lit conjugal, au pied duquel on alluma deux cierges bénits.

    Le châtelain la veilla seul, la nuit et toute la journée du lendemain. Il ne voulut rien manger ni boire, et ne se rasa point. Le soir, il ordonnât que l'on cueillit toutes les roses encore fleuries au jardin. Il les effeuilla un peu partout dans la chambre, et en garda un petit bouquet qu'il déposa sur la poitrine de la chère morte, qui semblait lui sourire, d'un sourire d'amour.

    Au petit matin, les domestiques stupéfaits trouvèrent leurs maîtres allongés l'un près de l'autre, et dormant du même sommeil éternel. 

    Le lendemain, tandis que toutes les cloches sonnaient le glas, les deux cercueils furent portés côte à côte, à dos d'hommes, jusqu'au nouvel enclos des morts. Pour leur sépulture, on choisit le plus bel emplacement, tourné vers les Monts de la Creuse, au pied duquel on planta des rosiers blancs.

    Le cimetière s'est bien rempli depuis, on l'a même agrandi... mais aucune tombe ne ressemble à celle des châtelains de la Gorce, que l'on devine à peine, enfouie à jamais sous un épais buisson de roses blanches très odorantes, et dont les racines se sont depuis longtemps mêlées aux cendres des défunts. 

    (Légende tirée du livre "Contes du Pays Creusois - Les Veillées De Chanvre)

    Légende de la Dame de Saint-Martial

    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique