• LA LÉGENDE DU QUESNE AU LEU (le chêne au loup) (NORD)

    LA L2GENDE DU QUESNE AU LEU (NORD)

    Cette légende est liée à une clairière située dans la Forêt Domaniale de Mormal à quelques kilomètres du village d'Audignies, et remonte à la fin du Moyen-Âge, telle qu'elle m'a été racontée par quelques personnes âgées de mon village, et aussi par mes grands-parents.

    Mon arrière-grand-mère jurait avoir croisé dans sa jeunesse, un soir où le travail qu'elle effectuait régulièrement dans une ferme des environs avait duré plus longtemps que prévu, le regard et la silhouette fantomatique du grand loup gris de la légende. Elle état rentrée chez elle à toute vitesse, le cœur battant la chamade et les jambes tremblantes, blême de peur. Sa mère, après l'avoir écouté, lui avait fait avaler un petit verre de cognac, pour la réconforter, et s'était rendu dés le lendemain matin à l'église, où elle avait fait brûler un cierge devant l'autel de la Vierge Miraculeuse, en remerciement pour la protection accordée à sa fille la veille au soir.

    Autosuggestion produite par le brouillard et la nuit naissance en bordure de forêt ou rencontre réelle, à classer dans le domaine parapsychologique... qui pourrait répondre à la question avec certitude ? 

    Pour ma part, j'aime à penser qu'elle s'est réellement produite... les légendes ayant toujours, c'est prouvé, un fond de vérité.

    En ces temps reculés de la fin du Moyen-Âge, les loups étaient présents dans toutes les forêts françaises. La forêt de Mormal n'y faisait pas exception et on entendait souvent le soir, le chant des loups se répondant en échos de plus en plus lointains, selon le temps et le sens du vent.

    Les bergers se plaignaient déjà de leurs attaques, et certains chasseurs, payés souvent en nourriture, posaient alors des pièges dans le but de les tuer, ou au moins de les tenir à distance des enclos et autres pâtures où il menaient leurs troupeaux.

    Une vieille femme sans famille, et qu'on disait un peu sorcière, vivait dans cette clairière, et avait construit sa cabane à l'ombre des chênes déjà centenaires à l'époque. Les gens la craignaient et presque personne ne lui parlait quand elle descendait une fois par mois, faire quelques courses à l'épicerie du village.

    Les loups, visiblement, toléraient sa présence... et cela faisait jaser les commères de l'endroit qui y voyaient une preuve tangible de ses "supposés" pouvoirs maudits.

    La légende raconte donc qu'un soir d'automne, elle vit se dresser devant sa cabane la silhouette d'un grand loup gris, sans doute le mâle dominant de la meute qui vivait dans cette forêt. Télépathe, elle capta mentalement sa demande d'aide et s'enfonçant un peu plus loin, le suivit sans crainte.

    Elle trouva sa femelle, la patte avant prise et broyée par le piège destructeur qui avait été posé là, sans doute peu de temps auparavant. Celle-ci avait perdu beaucoup de sang, à force de tirer sur la chaîne qui maintenait solidement le piège dans le sol.

    Après beaucoup d'efforts, elle réussit à la dégager, et la ramena à sa cabane, pour la soigner. Malheureusement, l'infection contractée à la suite de la blessure, et la perte de sang qu'elle avait subie, terrassa la louve courageuse qui mourut trois jours après.

    La vieille l'enterra au pied du grand chêne,  à quelques mètres à peine de sa cabane.

    Le grand mâle ne se remit pas de la perte de la compagne qu'il aimait tant.

    LA LÉGENDE DU QUESNE AU LEU (le chêne au loup)C (NORD)

    Il refusa de rejoindre sa meute, et resta couché au pied du vieil arbre, attendant la mort. Sa fidélité et le chagrin l'emportèrent en moins de deux semaines.

    La bonne vieille fit pour lui comme pour sa femelle et l'enterra, en face du premier chêne. Ainsi étaient-ils unis dans la mort, comme ils l'avaient été dans la vie.

    Quelle ne fut pas sa surprise d'observer un curieux phénomène, quelques jours après. Les hautes branches des deux arbres s'étaient ployées et entremêlées en un curieux et magnifique arc de cercle, comme pour prouver à tous l'union posthume des deux loups pour l'éternité.

    Et la légende qui courut depuis lors affirma qu'en ce lieu, on pouvait encore entendre, les nuits de pleine lune, le chant d'amour du grand loup gris à sa femelle, et la réponse lointaine de celle-ci. L'audace de quelques hardis téméraires et la peur pour d'autres (comme mon arrière-grand-mère)  leur auraient même permis une "rencontre" fugitive avec celui-ci.

    LA LÉGENDE DU QUESNE AU LEU (le chêne au loup)C (NORD)

    Les siècles ont passés sur la forêt de Mormal. Une auberge a été construite depuis, à quelques kilomètres de l'endroit "magique", dans une autre clairière.

    L'un des deux chênes, âgé de plus de 600 ans, a été déraciné par une tempête, à la fin des années 80. Il ne reste plus que celui qui abriterait encore, disent les plus anciens, les amours fantômes du grand loup gris.

    LA LÉGENDE DU QUESNE AU LEU (le chêne au loup)C (NORD)

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Octobre 2017 à 16:07

    Bonjour Garance,

    Magnifique cette histoire, merci.

    Bonne fin de journée.

    Bisous.

      • Mercredi 25 Octobre 2017 à 17:59

        Merci c'est gentil. Je suis contente que cela te plaise.

        Belle soirée à toi

        Bisous Garance

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :